Une 5ème femme verbalisée à Dunkerque pour port du Niqab

Publié le par MRAP Dunkerque

Une femme porteuse du niqab verbalisée à Grande-Synthe

mercredi 27.06.2012, 08:00  source : le Phare Dunkerquois

Le 18 juin à Grande-Synthe, un équipage de police a verbalisé une femme porteuse du niqab, ce voile intégral ne laissant entrevoir que les yeux.


La scène s'est déroulée vers 18 heures, boulevard des Flandres, après qu'une patrouille de police eut croisé le chemin d'une Grand-Synthoise habillée d'un niqab. En vertu de la loi du 10 octobre 2010 portant sur l'interdiction du port du voile intégral, les policiers ont immédiatement déclenché un contrôle d'identité pour constater l'infraction. Et pour décliner son identité, il faut enlever le voile et présenter ses papiers... La contrevenante récidiviste a accepté de se dévoiler afin de procéder au contrôle. Elle sera donc passible d'une amende de 150 euros (2e classe) et d'un stage de citoyenneté si le juge de proximité le souhaite. Mais celle-ci aurait très bien pu refuser d'ôter son niqab. « On ne peut en effet ôter le voile de quelqu'un contre sa volonté et encore moins en usant de la force », précise la police de Dunkerque. Dans ce cas de figure ou en cas d'absence de papiers d'identité, le contrôle peut être réalisé au commissariat central avec prise d'empreintes digitales et photographie du visage... à condition qu'à ce stade, le (la) contrevenant(e) change d'avis. Le tout devant un agent assermenté du même sexe que la ou le contrevenant.
Entrée en vigueur le 11 avril 2011, la loi prévoit que « nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage ». Le port de cagoule, voile religieux, masque, ainsi que tout autre accessoire ou vêtement rendant impossible l'identification des personnes est proscrit. À quelques exceptions cependant. L'interdiction ne s'applique pas « si elle s'inscrit dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes, ou de manifestations artistiques ou traditionnelles ». Dans le texte, l'espace public est une notion vaste qui englobe les bâtiments publics ou habilités à recevoir du public, les transports en commun, les commerces et centres commerciaux, ainsi que... la rue. Cinq procès-verbaux ont été dressés à Dunkerque pour dissimulation volontaire du visage depuis l'entrée en vigueur de la loi. Une polémique a également secoué la société de transport en commun Dk'Bus Marine l'été dernier, après qu'un chauffeur eut refusé l'accès à son autobus à une femme voilée. « La loi ne confère en aucun cas à un agent le pouvoir de contraindre une personne à se découvrir ou à sortir ». En revanche, celui-ci peut requérir la présence de la police ou de la gendarmerie pour constater l'infraction et le refus d'obtempérer.

Publié dans Local

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article